CLEMI-Créteil

Graines de communs : un tutoriel pour le réseau des grainothèques pédagogiques - Laure Pillot

12 / 07 / 2018 | Pauline Le Gall

Dans le cadre de la constitution du réseau des grainothèques pédagogiques de l’Académie et du développement de l’outil “GrainoCréteil” (Canopé 77/GreidEDD Créteil), les élèves créent un tutoriel pour aider au remplissage des fiches de la base de données. Ce dispositif doit les aider à prendre conscience de l’implication de chacun et de l’importance des règles de gouvernance dans la gestion d’un commun.
Le projet est porté par Laure Pillot du lycée Paul Eluard de Saint Denis.

Objectifs de la séquence.

Dans le cadre d’un partenariat SVT (Jorge Pardo) / CDI (Laure Pillot), les élèves contribuent à la mise en réseau de la grainothèque du lycée et au déploiement du réseau académique et régional des grainothèques pédagogiques.
La séquence permet de travailler autour de la notion de « communs » à plusieurs niveaux. En premier lieu, celui de la production de semences libres au potager, ensuite en ce qui concerne leur mise à disposition auprès des acteurs au lycée dans la grainothèque du CDI et enfin du point de vue de l’enrichissement de cette ressource sur le long terme via l’échange et le partage, encadré par des règles de gouvernance prédéfinies.
Plutôt que de consacrer un exposé théorique préliminaire portant sur le concept de « commun », nous avons choisi de mettre les élèves en activité et d’aborder la notion au fur et à mesure de l’avancée du projet.
Ce point nous a paru fondamental. En effet, si elle peut paraître complexe de prime abord, la notion de « commun » est très claire dès lors que l’on peut mettre les élèves face à une réalisation concrète, ici leur propre projet.

La séquence a recoupé à plusieurs reprises la notion de création d’un commun :
- création et enrichissement de la ressource (grainothèque)
- sensibilisation à la notion de gouvernance
- entretien de la ressource sur le long terme via le respect de ces règles communes grâce à leur explicitation

Production envisagée

Pour cette séquence, les élèves ont eu en charge de produire un outil permettant le bon entretien de la grainothèque via le respect des règles au sein du réseau d’échanges.
Une partie de cet outil existe déjà et a été créé par les enseignants et les inspecteurs du GREID EDD.
Développée via l’outil CanoProfs, la plateforme en ligne “GrainoCréteil” doit permettre de faciliter les échanges de graines reproductibles entre différents EPLE du 2nd degré intéressés par cette démarche.
Pour harmoniser les échanges, le GREID EDD et le Canopé 77 ont conçu une “fiche-graine” type. Elle est disponible sur le site académique dédiée à l’EDD.
http://edd.ac-creteil.fr/IMG/pdf/presentation_forum_grainocreteil_8novembre2017.pdf
http://edd.ac-creteil.fr/IMG/pdf/fiche_grainocreteil_modele-2.pdf
Le document est à remplir par les élèves à chaque dépôt de graines d’une nouvelle variété. Les informations sont ensuite saisies dans la base par un adulte (professeur-documentaliste ou tout collègue en charge de l’encadrement des séances).
Très complète, la « fiche-graine » requiert de nombreuses informations.
Si sa lecture peut sembler difficile de prime abord, une simplification du document d’origine n’était pas souhaitable pour le projet de réseau de grainothèques scolaires.
Elle aurait d’une part conduit à des imprécisions d’ordre scientifique (botanique notamment), ce qui est préjudiciable à l’apport du travail autour de la grainothèque pour les disciplines.
D’autre part, une simplification trop importante des items de la « fiche-graine » aurait abouti à amoindrir la qualité des informations disponibles dans la base de données finale, appauvrissant le rôle de celle-ci et mettant donc en péril le commun constitué par ce réseau (cf. le mauvais entretien de la ressource).
Plutôt que de proposer aux élèves un document plus facile d’accès, nous avons donc choisi de les impliquer dans l’explicitation de celui-ci, via la réalisation d’un tutoriel. L’objectif était à la fois de les accompagner dans l’apprentissage de notions scientifiques (SVT), la réalisation d’un module vidéo de qualité propre à être diffusé (EMI) et enfin de les sensibiliser à la notion de gouvernance et d’implication de chacun dans un projet collectif (EMC).
La vidéo vise à expliquer comment compléter le document de dépôt des graines sur la plateforme numérique d’échange.
Il s’adresse aux élèves des établissements du 2nd degré désireux de s’inscrire dans la démarche d’échanges de graines.
Les élèves ont en charge la rédaction des textes et la réalisation de la vidéo finale.
Le sous-titrage était prévu à l’origine, dans un souci d’accessibiité, composé à partir des fichiers textes remis par les élèves. Ces documents aurait dû donc faire à proprement parler partie de la production.
Cependant, nous verrons qu’un aléa technique n’a pas permis la réalisation des sous-titre pour le moment.
Ils seront repris à la rentrée prochaine, probablement via une autre application, ce qui permettra d’assurer la liaison entre les deux promotions de 2nde.
En attendant, un tableur collaboratif et les quizz et documents “retours d’expérience” sont joints au dossier.

Nature du groupe classe :

Le groupe est composé de 18 élèves d’une classe de 2nde générale qui suivent l’option “Méthodes et pratiques scientifiques - Développement Durable” (MPS DD).
Dans ce cadre, ils ont notamment en charge l’entretien du potager pédagogique du lycée et celui de la grainothèque, qui se trouve au CDI.
Les deux dispositifs sont soutenus par le programme “Lycée éco-responsable” de la région Île-de-France (axes biodiversité-alimentation-déchets).
Par ailleurs, cette classe participe au dispositif « classe sans note », mis en place depuis deux ans au lycée pour deux classes de 2nde. Les élèves sont pour cela évalués par compétences dans toutes les matières et un dialogue autour de cette évaluation a été instauré par l’ensemble de l’équipe pédagogique.

Calendrier :

La séquence organisée au premier trimestre 2017-2018 a représenté 7 séances, en collaboration Documentation/SVT, tant du point de vue du contenu que des espaces de travail (CDI/salles et labo de SVT/potager).
Chaque séance a duré entre 1h et 1h30, selon les impératifs extérieurs au projet (nécessité de l’évaluation en MPS, apport de connaissances théoriques générales, entretien du potager, conditions météorologiques).

Pré-requis :

Lors premières séances de travail au potager - récolte des graines plantées l’année précédente - et de présentation des ressources du CDI – grainothèque et fonds documentaire « éco-responsable » - nous avons introduit la problématique de la gestion des semences.
Sans que la notion de « communs » soit abordée à ce stade les élèves ont visionné différentes ressources, utiles à la séquence qui nous intéresse (notamment au débat en séance 3, cf. infra).
Chacune d’entre elles présente un point de vue différent sur la controverse relative à l’accès aux semences
- la bande annonce du documentaire La guerre des graines https://blog.francetvinfo.fr/guerre-des-graines/2014/06/08/la-guerre-des-graines-est-en-ligne.html
- la campagne de publicité “Le marché interdit” du groupe Carrefour https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=kIU7NUHCjl4
- les ressources pédagogiques du GNIS http://www.gnis-pedagogie.org/ressource-genetique-enjeu.html
Le visionnage a été réalisé en deux temps :
- hors de la classe, avec remplissage d’un questionnaire visant à vérifier la compréhension du propos de la part des élèves (nature de chaque source, identité des acteurs, thèse soutenue par chacun d’entre eux ...)
- en classe, avec menée d’un débat sur ces questions qui a permis l’explicitation de notions telles que l’hybridation végétale (points essentiels), nécessaires au projet mais habituellement abordée en Tale.
Notons qu’une ressource très intéressante n’a pas pu être exploitée faute de temps cette année. Il s’agit des pistes pédagogiques disponibles sur le site du documentaire “Des clics de conscience” et qui retrace, à travers l’exemple de l’exploitation des semences libres, l’utilité de la pétition en démocratie. Une ressource très intéressante pour les progressions en EMC
http://desclicsdeconscience.fr/atelier-democratie/

Évaluation :

L’évaluation des élèves a été réalisée selon la grille de compétences utilisée pour cette “classe sans note » en SVT et EMI (ainsi que certains items transversaux liés à la compétence « maîtrise de la langue française »).
La séquence a donné lieu à plusieurs types d’évaluation lors des différentes séances (diagnostique et formative, par les enseignants et par les pairs).
La fin de la séquence a consisté en un retour d’expérience. Non noté, il nous est utile pour concevoir les progressions de l’année prochaine.
Surtout, dans le cadre d’un travail sur les communs, il nous a paru fondamental d’offrir aux élèves un temps de réflexion sur leur degré d’implication dans le projet, sans impératif de réussite lié à la notation.

Séance 1 : Découverte de la ressource à entretenir (base de données grainothèque) et évaluation diagnostique
La première séance d’1h30 a consisté à faire remplir aux élèves la fiche-type conçue par le Greid EDD.
Les élèves, répartis par groupe de 2 ou 3, n’ont pas disposé d’informations supplémentaires de la part des enseignants, mais ont été encouragés à mener leurs propres recherches à partir d’un accès à Internet (via les postes du CDI) et d’un accès au fonds documentaire (les quelques ouvrages pré-sélectionnés dans le rayon « lycée éco-responsable » n’ont été exploités que par une élève).
Elle a permis de mettre en lumière les problèmes rencontrés par les élèves.
Certains items n’ont pas été compris en l’absence des connaissances disciplinaires nécessaires à ce stade de l’année, ou au contraire en raison d’un surplus d’informations dispensé par le Web.

Évaluation diagnostique

Cette séance a donc constitué une intéressante évaluation diagnostique, dont il a été aisé de conserver les traces (enregistrement des fiches remplies par chaque groupe).
Le retour sur cette évaluation a eu lieu lors de la séance suivante et les résultats en ont été exploités tout au long de la séquence.
Définition de l’évaluation diagnostique par P. Duplessis sur le site Les Trois Couronnes
“Toute didactique considère qu’il faut commencer par prendre en compte les représentations et les acquis des élèves avant que de penser à construire le cours. L’évaluation diagnostique représente ainsi pour l’enseignant un outil pertinent pour déterminer le profil de ses classes. A partir des résultats obtenus, il pourra donner une plus grande cohérence à ses progressions et sera en mesure d’orienter le contenu de ses séquences dans le sens des besoins constatés des élèves. Ces tests diagnostiques peuvent être placés au début de chaque niveau afin de se projeter dans l’année, mais on remarque que, en information-documentation principalement, ils prennent plutôt place au début du collège ou à l’entrée du lycée.”
http://lestroiscouronnes.esmeree.fr/chantiers/l-evaluation-diagnostique-en-seconde-un-support-pour-l-enseignement-de-l-information-documentation

Séance 2 : Comment fabriquer un règlement accessible à tous les usagers pour garantir l’entretien de la ressource ? Mise en place d’un plan de travail en vue de la production finale.
La première heure de cette séance a consisté en un retour sur l’évaluation diagnostique réalisée lors de la séance 1 en classe entière.
Au fur et à mesure d’une discussion avec les élèves, menée à partir des documents enregistrés précédemment, il a été possible de définir leurs besoins et d’aborder les moyens de remédiation.
Après avoir relevés les items à remplir qui posaient problème, l’idée de la création d’un outil à destination des élèves des autres établissements impliqués dans le projet de mise en commun des graines a été exposé aux élèves.
Une réflexion sur les critères que devaient réunir cet outil pour être utile au plus grand nombre a abouti à :
- un outil numérique (accessibilité et gratuité)
- un outil ludique (visuellement agréable et éventuellement cliquable)
- un outil créé par les élèves (pour que le contenu soit plus facilement compréhensible par les adolescents des autres classes)
- un contenu assez exigeant pour que la base de données soit alimentée correctement
- un effort de vulgarisation à destination des plus jeunes (afin qu’il soit accessible de la 6ème à la Terminale)
- un outil utilisable par les élèves présentant des troubles de la vision ou de l’audition et par des élèves ayant un moindre niveau de compréhension orale (proposition d’un format vidéo et écrit). Cette étape n’a pour le moment pas été respectée, en raison d’un problème technique lors de la réalisation.
- 
Pour répondre à ces différents critères, le format du « tutoriel » du type de ceux disponibles sur les réseaux sociaux a été retenu par les élèves.
Suite à ce retour, il leur est proposé de commencer à écrire un texte explicatif qui sera mise en forme à la fin, à l’aide d’une application dédiée.
Pour plus de simplicité, le tutoriel est divisé en chapitres, eux-mêmes répartis par groupes d’élèves (groupes mixtes de deux élèves).
Les élèves passent la fin de la séance à repérer les notions qui leur posent problème dans la fiche à remplir.

Séance 3 : Aborder la notion de communauté. Rencontre avec un intervenant et poursuite des recherches.
Cette séance a pour objectif d’avancer sur la notion d’appartenance à une communauté.
Cette prise de conscience est essentielle à faire passer les élèves du stade d’usager à celui de créateur/contributeur à un commun.
Elle permet également d’amorcer la réflexion sur la gouvernance via l’abord de leur responsabilité face au projet.

Pour ce faire, nous avons invité une intervenante extérieure, engagée sur la problématique de la préservation des semences reproductibles.
Il s’agit de la porteuse du projet Seed Tour. Ce dernier consiste en un voyage de plusieurs mois à la rencontre des acteurs de la production de semences, qui aboutira à la production d’un documentaire, réalisé sur quatre continents. https://seedtour.org/
Lors de cette rencontre, l’intervenante présente son projet. Elle met l’accent sur les rencontres à venir et qui témoignent de l’existence d’un réseau mondial sur la thématiques de la préservation des semences.
La vidéo de sa campagne de lancement est visionnée avec les élèves en compagnie de l’intervenante : https://www.youtube.com/watch?v=iRZaFhzEJHQ
Les modes de soutien divers et de financements participatifs sont évoqués à cette occasion.
Cette partie amène à évoquer le rôle de l’argent dans la création de « commun ». Elle est introduite via la notion d’intérêt autour d’une même cause, qui peut mobiliser les participants y compris d’un point de vue financier.
Alors que l’on pourrait s’attendre à une totale gratuité, les impératifs d’entretien de la ressource, dès lors que l’on s’attelle à un réseau d’une certaine ampleur, sont à prendre en compte.
Cette dimension intéresse particulièrement les élèves et pourrait donner lieu l’année prochaine à un suivi au cas où le thème de l’argent est toujours au programme des TPE en 1ère par exemple.
En amont de cette discussion avec l’intervenante et du visionnage de la vidéo de lancement, les élèves ont disposé des informations générales vues en début d’année sur la problématique des semences (cf. pré-requis)
Si elles n’ont pas été introduites sont l’angle des communs en septembre, elle sont cependant nécessaires à la bonne menée du débat et permettent de favoriser l’horizontalité de la discussion entre les élèves et l’intervenante.
Afin de garder une trace de ces échanges, les élèves remplissent une fiche qu’ils conservent dans leur cahier MPS, et légendent un planisphère pour représenter les voyages à venir de l’intervenante. Ils sont invités à suivre régulièrement son compte Instagram pour suivre l’évolution du voyage.
Après 45 minutes, les élèves commencent à mener leurs recherches à propos d’une partie de la « fiche graines ».
Ils disposent pour cela du soutien des deux enseignants en charge de la séquence et de l’intervenante et travail à partir du traitement de texte installé sur les ordinateurs du CDI.
Ce moment est l’occasion de rappeler à plusieurs d’entre eux comment créer un document, le sauvegarder et pourquoi choisir, ou non, l’usage d’un logiciel libre (Word et OpenOffice sont tous deux installés sur les postes).

Les recherches des élèves sont principalement d’ordre terminologique. Ils recherchent le sens des mots qu’ils ne connaissent pas à partir des dictionnaires en ligne ou papier.
À cette occasion, nous pouvons aborder brièvement la spécificité de l’information scientifique sur le web, et l’importance du recours au spécialiste (ici l’enseignant ou l’intervenant), à la publication où l’auteur est clairement identifié (fiabilité) ou au manuel en l’absence de connaissance préalablement acquise.
À l’occasion d’une autre progression, il pourrait être intéressant de proposer à ce moment un questionnaire de fiabilité plus complet permettant de comparer les apports des différents types de sources.
Nous n’avons pu le faire en raison d’impératifs liés au calendrier.

Les premières recherches sont consignées dans un document numérique, que chaque groupe dépose sur l’ENT.
Cette étape est importante car il apparaît que plusieurs élèves de ce groupe de 2nde ne maîtrisent pas encore cette manipulation et les bases du traitement de texte à ce moment de l’année.
À ce titre, un parallèle est dressé entre la communauté d’utilisateurs de l’outil qu’ils sont en train de créer et la communauté des usagers du lycée, qui disposent eux aussi d’outils communs au sein de l’EPLE.

Séance 4 : Harmoniser les productions pour s’adresser à la communauté.
Rédaction et complément de recherche (différenciation cf. le degré d’avancement)
Cette séance est consacrée à la finalisation des recherches et à l’écriture d’un premier jet du texte du tutoriel.
Les élèves sont toujours répartis par deux et la consigne est de parvenir à un premier texte de commentaire.
Le format de la séance permet à chacun d’avancer à son rythme. Les groupes qui ont terminé le premier jet doivent compléter par un renvoi vers une ou deux ressources complémentaires.
Le début de séance est l’occasion d’expliquer ce qu’est un wiki et de faire le lien avec la notion de communauté d’utilisateurs vue avec l’intervenante, ainsi que d’entretien de la ressource (parallèle entre les graines, communs de la nature, et les savoirs hébergés sur les wikis, communs de la connaissance). .

Après avoir finalisé leur texte, les élèves peuvent renvoyer au choix vers les ressources suivantes dans leur commentaire :
- un ouvrage papier du CDI (pré-sélection faite par les enseignants, cf. liste du site EDD Créteil http://edd.ac-creteil.fr/IMG/pdf/references_biblio_grainotheque.pdf )
- la plateforme de l’INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel)
https://inpn.mnhn.fr/accueil/index
- un wiki type Pl@ntUse http://uses.plantnet-project.org/fr/Accueil ou Ekopedia https://www.ekopedia.fr/wiki/Accueil
Cette façon de procéder permet aux élèves d’être en activité tout au long de la séance.
Toutefois, selon leur rythme de progression, certains ne peuvent pas ajouter de ressources additionnelles.
Ce critère n’a donc pas été retenu pour la production finale (il n’apparaît que dans deux des vidéos).
À l’issue de la séance, tous les fichiers texte contenant les commentaires écrits sont déposés sur l’ENT.
Ils sont utilisés pour l’évaluation de cette première moitié de la séquence.

Séance 5 : Communiquer avec le reste de la communauté : du « copier/coller » au « copier/créer » (cf. N. Boubée)
Alors que chaque groupe dispose dorénavant d’un premier jet écrit du commentaire, l’évaluation a fait apparaître que les textes des élèves sont fortement calqués sur le définitions des dictionnaires et glossaires consultés.
Lors de la reprise, l’accent est mis sur les limites du « copier-coller ».
S’il est attendu que les élèves procèdent de la sorte pour une recherche d’informations complexes, le résultat n’est pour le moment pas conforme aux attendus de la production.
En effet, le texte ainsi rédigé n’est pas plus intelligible que celui d’origine.

À ce stade, la production ne satisfait ni aux impératifs de la composition d’un texte destiné à être lu à voix haute par les élèves, ni à la commande d’accessibilité, dès la 6ème.
Un rappel de la composition de la communauté d’usagers est opéré à cette occasion.
Nous en profitons également pour évoquer la notion de gouvernance collective : les règles doivent être comprises par tous les utilisateurs (ici les élèves et les enseignants autres que ceux de SVT) afin que la ressource (ici le réseau de grainothèque) soit correctement entretenue.
Sur cet aspect fondamental des communs tels que les définit E. Ostrom, voir le très utile ouvrage de M. Cornu, F. Orsi, J. Rochfeld (dirs.), Dictionnaire des biens communs, Quadrige, P.U.F., 2017, p. 598.
“D’une manière très générale, la notion de gouvernance renvoie aux procédures de coordination des acteurs et aux modes de décision dans des systèmes d’action collective et aux institutions formelles et informelles sur lesquelles elles peuvent s’appuyer. L’analyse d’une gouvernance suppose l’identification des dispositifs divers (règles, normes, contrats ou conventions) censés encadrer différents groupes d’acteurs et leurs relations, ainsi que les conditions d’élaboration et de mise en oeuvre de ces dispositifs et éventuellement des modes de contrôle et de sanctions en assurant le respect ”.
L’exemple des wikis, cf. la séance précédente, est utilisé et mis en parallèle avec celui de la grainothèque.
Le besoin de reformulation pour que les autres membres de la communauté puissent utiliser l’outil est expliqué aux élèves (usage de synonymes, d’un niveau de langage qui leur est plus familier)
Nous proposons d’essayer de passer du « copier-coller » au « copier-créer », à l’issue de l’étape de reformulation.
Cette dernière peut prendre plusieurs formes tels que :
- la reformulation « en miroir » (utile pour les textes trop courts, l’un des membres du binôme répète le membre de phrase et invite l’autre élève à poursuivre son idée)
- une reformulation « globalisante » pour les textes trop longs (un des membres du binôme reprend le texte en essayant de le synthétiser en une phrase et s’assure que l’autre membre comprend toujours)
- une reformulation « clarifiante » : la plus utile, mais la plus difficile à mettre en place. L’élève doit ici tenter d’expliquer, avec ses propres mots, des notions scientifiques complexes. Pour cette étape, l’intervention des enseignants est nécessaire afin de vérifier que la notion d’origine est réellement bien intégrée.

Sur la notion du « copier-coller » et du document de collecte, très utile aux progressions en EMI, voir les travaux de N. Boubée, M. Carbillet et H. Mulot comme par exemple :
https://www2.ac-lyon.fr/enseigne/documentation/IMG/pdf/ob_6e8b01_2014avrilreuniondebassindiapo.pdf
http://www.docpourdocs.fr/spip.php?article605
Pour y parvenir, les élèves toujours répartis selon les mêmes groupes soumettent leur texte à l’exercice suivant :
- Lecture faite à l’autre membre du binôme du texte à voix haute et repérage des termes les moins compréhensibles. Ils sont soulignés sur le document
- Lecture du texte au sein du groupe de deux et reformulation (pour cette étape, les élèves reçoivent l’aide des enseignants). Le texte d’origine est conservé sur le document et le nouveau texte est tapé au-dessous. Ce pour permettre de conserver une trace de l’avancée du travail des élèves.
- Enfin, chaque groupe transmet, via l’ENT, son travail à un autre binôme. Le nouveau binôme prend connaissance du texte et se prête au même exercice. Il procède aux corrections sans effacer les textes précédents et rédige un troisième texte sur le même document.
Lors de cette étape, deux types d’évaluation sont donc réalisés : auto évaluation dans un premier temps puis évaluation par les pairs.
Toutes deux sont consultables à partir des différentes versions du texte. Suite à cette séance, il est possible d’évaluer les élèves à partir du document, déposé sur l’ENT.
Notons que cette façon de fonctionner, si elle a déstabilisé les élèves – devenus correcteurs - dans un premier temps leur a finalement été très bénéfique. Après s’être confrontés les uns aux autres, il apparaît que les corrections ont été effectués avec sérieux et bienveillance. Elles ont encouragé le travail entre les différents groupes, ce qui était intéressant à ce stade où les binômes commençaient à fonctionner en circuit quelque peu fermé.

Séance 6 : Prise en main de l’outil et enregistrement des séquences
L’avant dernière séance est consacrée à la production finale.
Elle se déroule en deux temps.
Pendant la première demi heure, une vérification des textes et un commentaire de certains d’entre eux par les enseignants.
La reprise est accompagnée d’un entraînement à la lecture à voix haute. Cet exercice difficile pour les élèves est facilité par la distance prise par rapport à leurs textes lors du moment de correction par les pairs.

Durant l’heure restante, les élèves découvrent l’application MonoSnap qui permet de créer des vidéos pédagogiques, ici le tutoriel. https://monosnap.com/welcome
La prise en main semble très intuitive pour les élèves qui parviennent sans encombre à manipuler l’outil.

Nous travaillons davantage sur la coordination entre le texte lu et les animations visibles à l’écran.
La consigne donnée pour inciter les élèves à se saisir de toutes les potentialités offertes par l’application et pour harmoniser les vidéos est la suivante :
- la lecture du texte doit être accompagnée de mouvements de souris qui lui font écho
- chaque groupe doit avoir recours à une opération de mise en valeur du texte (surligné/souligné/entouré), disponible via l’application.
L’enregistrement des vidéos se fait en présence de tous les élèves du groupe, qui doivent respecter le silence nécessaire à la prise de son.
Cette étape fonctionne très bien et les élèves sont respectueux du travail de chacun.
L’explicitation de la notion de travail collectif en vue de la création d’une ressource commune y a peut-être aidé.
Malheureusement, une défaillance technique des micros aboutit à une qualité de son moindre, qu’il n’a pas encore été possible de corriger à l’heure de la rédaction de cette trace.
Alors que l’application fonctionne bien pour un usage domestique (l’enseignant enregistre chez lui un commentaire pour ses élèves), il s’avère que la prise de son dans les salles de classe est clairement en dessous de nos attentes, malgré la qualité des micros. L’acoustique des salles de cours ou la qualité du réseau, puisque les vidéos sont réalisées en ligne, sont peut-être en cause.
Un ré-enregistrement est pour le moment retenu. Nous ne savons encore si cette classe pourra le faire ou s’il conviendra de le réaliser l’année prochaine

Séance 7 : Expliciter le principe de gouvernance. Un retour d’expérience nécessaire.
Cette séance joue le rôle de bilan de la séquence. Elle survient après plusieurs séances dédiées à une autre progression, organisées sur ces créneaux horaires et nécessaires à l’évaluation en SVT.
Hormis cet impératif indépendant du projet, le laps de temps écoulé a été utile à différents aspects du projet.
D’un point de vue pédagogique, cette interruption a permis deux choses. Tout d’abord, éviter de lasser les élèves de la thématique abordée après l’enchaînement des six premières séances. Ensuite, leur permettre une pause dans la réflexion, nécessaire aux apprentissages et à l’assimilation de nouveaux principes (ici, tant la notion de communauté que les différentes procédures abordées via l’outil informatique).
D’un point de vue technique ensuite, cette pause aurait dû nous autoriser à finaliser les productions des élèves. En effet, les retouches sons ainsi que l’étape de réalisation du sous-titrage étaient trop longues pour être réalisées intégralement avec les élèves.
Pour le moment, les vidéos obtenues ne présentent pas une qualité de son suffisante et ne peuvent être sous-titrées sans surcharger le texte. Nous sommes à la recherche d’un outil plus performant pour parvenir à proposer un format de qualité aux utilisateurs.
De plus, si le projet est reconduit, une des solutions pour permettre de mener à bien la totalité de la post-production avec les élèves consisterait à mieux répartir le travail, en réalisant un nombre moins important de capsules mais prises en charge dans leur totalité.
Ainsi, il serait envisageable, au sein de chaque groupe, de confier la responsabilité de la réalisation du tutoriel vidéo à un élève, la prise de son à un autre et le sous-titrage ainsi que l’insertion des plans de début et de fin à deux autres élèves.
Pour que cela soit possible, il conviendrait de disposer d’un environnement d’enregistrement plus performant, afin que le son soit immédiatement exploitable.

La dernière séance se décompose en deux temps :
visionnage des vidéos, explication du problème technique et passage en revue des différentes solutions
retour d’expérience (réponses à la fiche “retour d’expérience”, complétion d’une carte mentale sur le thème de la grainohtèque du lycée par la classe)

Pour pallier les défaillances techniques, la solution du ré-enregistrement est proposée. Elle sera réalisée si la fin du trimestre le permet.
Pour proposer un outil exploitable et qui explore la notion de communs, les élèves ont également la possibilité de déposer leurs textes dans un tableur.
https://lite.framacalc.org/Grainesdecommuns
Collaboratif, celui-ci vise à permettre aux élèves utilisateurs des vidéos de proposer des modifications aux premières versions des commentaires de nos propres élèves.
L’identification de l’auteur est requise pour rappeler la responsabilité de chacun dès qu’il intervient sur la production commune.
En attente des sous-titrages, nous espérons que cette ressource sera accessible pour les élèves à besoins particuliers.

Le dernier temps de la séance est consacré au retour d’expérience.
Cette étape est pour nous fondamental dans le sens où seul le sentiment d’avoir contribué à la création d’un outil commun peut permettre aux élèves de saisir la portée de la progression pédagogique que nous avons proposée (cf. rubrique “évaluation” ci-dessus)

Deux vidéos commentées ont été réalisées. L’une porte sur la suite du voyage de l’intervenante du projet Seed Tour, l’autre sur la présentation du concept de communs réalisée par le collectif Datagueule.
Un premier visionnage sans questionnaire est proposé en classe entière, directement depuis YouTube, puis chaque groupe installé devant un ordinateur répond aux quizz.
Lien vers la vidéo Seed tour
https://edpuzzle.com/assignments/5ad7886c95e5f940c9f27206/watch
Lien vers le quizz vidéo de DataGueule conçu avec l’application EdPuzzle
https://edpuzzle.com/assignments/5ace82c8afd1f340f4d1b960/watch

(embed code :

)
Enfin, les élèves remplissent la fiche “Retour d’expérience” sur papier, qu’ils remettent aux enseignants.
Une carte mentale dont les 4 premières branches ont été préparées à l’avance est complétée par les élèves en classe entière, en soutien à la discussion finale.
https://framindmap.org/mindmaps/index.html#

Objectifs

Contribution concrète à la mise en place du réseau de grainothèques académique et de la région ÎdF
Compréhension du principe de gouvernance
Entretien de la grainothèque du lycée
Liaison avec le travail des élèves de l’année précédente, qui ont planté les végétaux dont les graines ont été récoltées.
Objectifs disciplinaires SVT (connaissance du vivant)
Acquisitions de compétences EMI (recherche d’information et réalisation technique finale)

Élèves impliqués (nombre, niveau)
18 élèves de 2nde (groupe MPS DD)

Professeurs de disciplines impliqués
Professeur-documentaliste
Professeur de SVT

Outils et matériel nomade utilisés (cadre d’utilisation, typologie et noms, commentaires sur les apports de l’outil)

v Outils pour communiquer
Plateforme CanoProfs du Canopé
Grâce aux collègues du GREID EDD et du Canopé 77, la partie de stockage de données de l’outil Canoprofs, qui sert également à élaborer des scénarios pédagogiques, a été utilisée pour héberger la base de données de fiches graines.
Voir la description donnée par la page d’accueil :
« Bienvenue sur le site d’échanges de graines pour les écoles et établissements scolaires de l’Académie de Créteil. Vous souhaitez : 1) consulter la liste des graines proposées par des écoles et des établissements : cliquez sur le bouton "site élèves" ci-dessous ; 2) accéder aux coordonnées d’une école et d’un établissement pour demander des graines : cliquez sur le bouton "se connecter" ci-dessus ; identifiez-vous ou créez votre compte Canopé lors de la 1ère connexion. Vous aurez ensuite accès au "site dédié aux enseignants". 3) proposer vos graines à l’échange : connectez-vous, accédez au "site dédié aux enseignants" et consultez le tutoriel. Vous trouverez aussi la fiche de description des graines que vous pourrez télécharger et faire compléter par vos élèves. »
https://www.reseau-canope.fr/canoprof.html pour l’outil originel
https://grainocreteil.canoprof.fr/ pour la version dédiée aux grainothèques scolaires.

v Outils pour échanger, collaborer

- E-mails des élèves (utiles pour s’envoyer les différentes versions des textes par exemple)
- Clef USB (idem, en cas de problème au niveau de la connexion internet du lycée)
- ENT du lycée (les élèves stockent leur texte sur leur espace personnel)
- compte Instagram de l’intervenante du projet Seed Tour (communiqué aux élèves et qui peuvent ainsi suivre son évolution)

v Outils pour produire

- Application MonoSnap : réalisation des tutoriels
https://www.monosnap.com/welcome-
- traitement de texte (encouragement à l’utilisation de logiciels libres à cette occasion type Open Office)
- cahier de MPS : pour pallier les défauts de sauvegarde numérique et garder une trace tout au long de l’année
- casque audio utile à l’enregistrement
- logiciel de montage pour la retouche son des tutoriels (non nécessaire si la prise de son originelle est de qualité). Ici, logiciel propriétaire MovieMaker.

v Outils pour coproduire / cocréer

- ENT
- traitement de texte (Open Office)
- Framacalc : tableur de la suite libre Framasoft

v Autres

Mentionner de façon précise les documents de référence pour les compétences EMI retenues dans le cadre du projet, reprendre l’intitulé exact de chaque compétence

o Socle

· EMI et socle commun 2016
· EMI et les nouveaux programmes (cycle 2 et 3)

· EMI et les nouveaux programmes (cycle 4)

Domaine 1. Les langages pour penser et communiquer
Comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit
Comprendre, s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques

Domaine 2. Les méthodes et outils pour apprendre
"(...) Le domaine 2 vise un usage éclairé de ces outils, à des fins de connaissance et pas seulement d’information, pour former des utilisateurs conscients de leurs potentialités mais aussi des risques qu’ils peuvent comporter et des responsabilités des utilisateurs. Les salles spécialisées, le CDI, les environnements numériques de travail sont dédiés à cet effet".
"(...) Le volume des informations auxquelles sont soumis les élèves exige d’eux des méthodes pour les rechercher et les exploiter judicieusement. L’ensemble des disciplines propose pour cela des outils, et l’éducation aux médias et à l’information apprend aussi la maitrise des environnements numériques de travail".
"(...) L’éducation aux médias et à l’information passe d’abord par l’acquisition d’une méthode de recherche d’informations et de leur exploitation mise en œuvre dans les diverses disciplines. Elle pousse à s’interroger sur la fiabilité, la pertinence d’une information, à distinguer les sources selon leur support. Elle aide à exploiter les outils, les modes d’organisation de l’information et les centres de ressources accessibles. »
Domaine 3. La formation de la personne et du citoyen
"(...) Développer le jugement est un des buts privilégiés du cycle 4. Chaque discipline y concourt à sa manière en enseignant l’évaluation critique de l’information et des sources d’un objet médiatique, en apprenant à élaborer des codes pour évaluer une activité physique, à analyser une information chiffrée, ou encore en formant aux critères du jugement de gout".
Domaine 5. Les représentations du monde et l’activité humaine
"(...) Dans leur confrontation aux différentes disciplines et champs éducatifs, les élèves apprennent aussi à se situer dans le monde social. Ils accèdent, grâce à l’histoire et à la géographie, à l’organisation politique, géographique et culturelle du monde. Ils commencent à appréhender, par la formation morale et civique, leurs responsabilités d’homme, de femme et de citoyen(nes). Ils apprennent aussi à utiliser des outils de communication en opérant notamment une distinction, absolument nécessaire, entre espace privé et espace public, en comprenant que les médias véhiculent des représentations du monde qu’il faut connaitre et reconnaitre".

Transversalité EMI/SVT
Pour les généralités relatives à la transversalité EMI/SVT :
« exercer une citoyenneté responsable, en particulier dans les domaines de la santé et de l’environnement, pour : construire sa relation au monde, à l’autre, à son propre corps ; intégrer les évolutions des domaines économique et technologique, assumer les responsabilités sociales et éthiques qui en découlent » ;
« de distinguer les faits des idées »

- Pratiquer des langages
Lire et exploiter des données présentées sous différentes formes : tableaux, graphiques, diagrammes, dessins, conclusions de recherches, cartes heuristiques, etc.
Représenter des données sous différentes formes, passer d’une représentation à une autre et choisir celle qui est adaptée à la situation de travail.
- Utiliser des outils numériques
Conduire une recherche d’informations sur internet pour répondre à une question ou un problème scientifique, en choisissant des mots-clés pertinents, et en évaluant la fiabilité des sources et la validité des résultats.
Utiliser des logiciels d’acquisition de données, de simulation et des bases de données.

- Adopter un comportement éthique et responsable
Identifier les impacts (bénéfices et nuisances) des activités humaines sur l’environnement à différentes échelles.
Fonder ses choix de comportement responsable vis-à-vis de sa santé ou de l’environnement sur des arguments scientifiques.
Comprendre les responsabilités individuelle et collective en matière de préservation des ressources de la planète (biodiversité, ressources minérales et ressources énergétiques) et de santé.
Distinguer ce qui relève d’une croyance ou d’une idée et ce qui constitue un savoir scientifique.

o 27 compétences EMI (s’appuyer sur la consultation éduscolab en attendant un document officiel
http://eduscol.cap-collectif.com/project/les-27-competences-en-emi-au-cycle-4/consultation/etape-de-consultation-emi

Utiliser des dictionnaires et encyclopédies sur tous supports.
Utiliser des documents de vulgarisation scientifique.
Exploiter le centre de ressources comme outil de recherche de l’information.
Utiliser les genres et les outils d’information à disposition adaptés à ses recherches.
Découvrir comment l’information est indexée et hiérarchisée, comprendre les principaux termes techniques associés.
Classer ses propres documents sur sa tablette, son espace personnel, au collège ou chez soi sur des applications mobiles ou dans le « nuage ». Organiser des portefeuilles thématiques.
Adopter progressivement une démarche raisonnée dans la recherche d’informations.
S’entrainer à distinguer une information scientifique vulgarisée d’une information pseudo-scientifique grâce à des indices textuels ou paratextuels et à la validation de la source.
Participer à une production coopérative multimédia en prenant en compte les destinataires.
S’engager dans un projet de création et publication sur papier ou en ligne utile à une communauté d’utilisateurs dans ou hors de l’établissement qui respecte droit et éthique de l’information.
Distinguer la simple collecte d’informations de la structuration des connaissances.

o Cadre de référence des compétences numériques pour l’école et le collège http://eduscol.education.fr/cid111189/cadre-de-reference-des-competences-numeriques-pour-l-ecole-et-le-college.html // Compétences Pix : https://pix.beta.gouv.fr/competences
- Informations et données : Gérer des données
- Communication et collaboration : Interagir, Partager et publier, Collaborer
- Création de contenus : développer des documents textuels, développer des documents multimédias, adapter les documents à leur finalité.

Les matrices des professeurs documentaliste de l’académie de Toulouse
o Matrice générale : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/EMI/61/0/MAJ-Matrice-EMI-TraAMDoc-Toulouse_546610.pdf
- Objectif 1 : être auteur : autorité (niveau 3), pertinence (niveau 2), publication (niveau 3), droit de l’information (niveau 2)
- Objectif 2 : comprendre et s’approprier les espaces informationnels : espace informationnel (niveau 2), outil de recherche (niveau 2), besoin d’information (niveau 2)
- Objectif 3 : partager des informations de manière responsable : redocumentarisation (niveau 3), éditorialisation (niveau 2
- Objectif 6 : argumenter : source (niveau 3), discours (niveau 3)

 

Fil twitter de @clemicreteil

  • 19 septembre 2018

    2018-19 C'est parti! : Des propositions pour vos classes lien
  • 25 septembre 2018

    Les @rdvhistoire de Blois du 10 au 14/10/2018 Un riche programme pour l’EMI et l’EMC #EducMediasInfo #EducImage lien
  • Les inscriptions pour le Wikiconcours Lycéen sont ouvertes ! Vous avez jusqu'au 1er novembre pour vous lancer dans cette grande aventure EMI ds laquelle @LeCLEMI & @Wikimedia_Fr vous invite ! #WikiConcoursLycéen2019 cc @AcCreteil info & inscriptions lien
  • 24 septembre 2018

    Pour présenter quelques métiers liés à la fabrication de l'info, c'est ici : lien #information #médias
  • « Les enfants pour la paix » un concours à destination des CM2 lancé par @MilanJeunesse avec @fondatvarenne @Mission1418 lien #EducMédiasInfo #EMC
0 | 5 | 10 | 15

Sites Favoris

Decryptimages

Un site participatif dédié à l’éducation à l’image proposé par la Ligue de l’Enseignement et l’Institut des Images.

Edubases sélection Médias

Voici les dernières fiches d’EDU’bases Documentation proposant des scénarios pédagogiques consacrés à l’éducation aux médias

Sites Favoris

Decryptimages

Un site participatif dédié à l’éducation à l’image proposé par la Ligue de l’Enseignement et l’Institut des Images.

Edubases sélection Médias

Voici les dernières fiches d’EDU’bases Documentation proposant des scénarios pédagogiques consacrés à l’éducation aux médias